top of page

Non, je ne perdrai pas de kilos avant l'été !

Dernière mise à jour : 9 avr. 2023

Le mois de Mars est là, et les publicités de régime et minceurs sont déjà au garde à vous ! Encore une belle occasion de vous partager ici 2/3 pensées qui me tournicotille dans la tête !

À cet époque de l’année, nos cerveaux sont déjà habitués à recevoir « leur dose », sans forcément trop y réfléchir. On les en-magazine de manière inconsciente, mais par contre, elles nous font culpabiliser de manière totalement consciente. Voir une pub de régime à la télé, se dire que même si elle est prônée par des présentateurs télé, ce n'est pas un programme qui fonctionne & se retrouver pourtant à se questionner sur son propre corps après coup. C'est une danse, rythmée & endiablée où malheureusement, nous sommes des victimes actives. Si je vous dis cela, c'est parce que c'était mon quotidien pendant bien des années. Je n'ai pas échappé à la danse des régimes, loin de là !


La danse des régimes, c'est quand à chaque période de l'année, les magazines féminins trouvent une bonne raison pour vous proposer une énième solution pour perdre du poids.⁠⠀


En Automne, on vous explique comment perdre le poids que vous avez pu prendre pendant l'été.⁠⠀

En Hiver, on vous parle d'astuces pour ne pas prendre 10 kilos pendant les fêtes de fin d'année.⁠⠀

Au printemps, on abandonne par les bonnes résolutions & on anticipe le bikini body !⁠⠀

Et en été, on vous bassine avec les solutions pour perdre 5 kilos en moins d'une semaine (il n'est jamais trop tard après tout !).⁠⠀


On trouvera toujours une raison de vous faire comprendre que vous n'êtes pas assez bien.⁠⠀


⁠Car la « beauté » de cette histoire, c'est qu'une fois l'année terminée, une autre commence...⁠⠀


Aujourd'hui, crier haut et fort que je n'ai pas envie de perdre 10 Kilos avant l'été, c'est un peu considéré comme une rébellion. D'ailleurs, il y a quelques années, je discutais avec une amie qui me parlait de son envie de perdre 10 kilos avant l'été et je lui ai simplement demandé "pourquoi" & elle m'a regardé avec un air étonné. Comme si aujourd'hui, c'était finalement logique de vouloir perdre 10 kilos avant l'été. Si votre souhait le plus cher, c'est de faire un 36, ok, foncez. À condition que ce soit votre volonté propre & pas celle dictée par une nouvelle norme corporelle. Respectez qui vous êtes & votre santé.


Sans transition ni aucune, est-ce que vous connaissez la spéléologie ? La spéléologie est l'activité qui consiste à rechercher, repérer, explorer, étudier, cartographier ou visiter les cavités souterraines ! Et quand on parle des complexes, c’est exactement ce type d’introspection !


On voyage dans le fin fond de notre mémoire, de notre expérience corporelle pour comprendre d’où viennent ces fameuses pensées ruminatrices qui alimentent nos complexes chaque jour. C’est impressionnant la capacité que nous avons de nous souvenir de manière inconsciente. Le corps n’oublie jamais quand il est blessé, mais notre cerveau, lui, préfère nous faire oublier doucement les raisons de cette blessure. Comme pour nous protéger un petit peu finalement.


Simplement, déloger le tout peut paraître compliqué & devient tellement enfoui que difficile à remonter à la surface.


Bien souvent, je vous dirai que les autres ou la société sont à l’origine de vos complexes. Car c’est souvent le cas ! Enfant, vous n'aviez aucun problème avec votre petit ventre par exemple ! Si j’en ai déjà parlé souvent notamment dans le podcast,aujourd’hui, je voulais vous parler de vous.


Si vous n'êtes pas à l’origine de vos complexes, vous les avez malheureusement alimenté. Et c’est totalement normal, je ne suis pas là pour faire culpabiliser, c'est un comportement humain, naturel (& j'ai eu le même) !


Assumer que vous avez votre part de responsabilité, c’est dur, mais c’est nécessaire ! Dans toutes les disputes, personne n’a 100% raison ou 100% tort ! C’est toute la complexité de l’être humain et c’est à mon sens ce qui le rend aussi beau. Alors maintenant, il est temps aujourd’hui de reconnaître vos erreurs et de vous pardonner !



Chaque année, chaque été, déprimée sur la plage en maillot de bain je me répétais sans cesse « c’est la dernière année où je subis tout ça, l’année prochaine je serai mince, je me reprends en main !». Non mais déjà, cette phrase, « je me reprends en main », une phrase censée nous faire passer à l'action, nous engager dans un changement positif, alors qu'au final, un régime est loin d'être positif que ce soit psychologiquement & physiquement ..


Et comme vous vous en doutez sûrement, l’année suivante, je continuais de me répéter cette phrase sur la plage en cherchant ce qui clochait chez moi pour être incapable d’y arriver années après années.

Aujourd’hui, sur la plage, quand je regarde mon ventre & mes cuisses par exemple, je les imagine me pardonner. J’aime me dire que nous avons enfin fait la paix, que nous vivons enfin ensemble & plus l'un contre l'autre. C'est tellement fatiguant d'être en conflit perpétuel, alors en conflit avec son propre corps, ça ressemble presque à de l'auto destruction.

Si un jour vous vous retrouvez sur cette même plage, avec ces mêmes pensées ruminatrices, prenez votre crème solaire. Parce qu’en plus d’être bon pour votre peau, vous pourrez prendre le temps de vous masser & de vous accorder ce temps ! Glissez vos écouteurs dans vos oreilles, sélectionnez votre plus belle musique & c’est parti pour une jolie tête à tête avec votre corps. D'ailleurs, vous pouvez d'ores et déjà faire cet exercice dans votre salle de bain avec une simple crème pour le corps !

À chaque partie de votre corps, apprenez à la remercier pour tout ce qu’elle vous permet de faire au quotidien ! Quand je me dis que j’ai tellement détesté mes jambes alors que, quand on y pense, c’est une chance de tout simplement en avoir, de pouvoir courir, danser, de marcher, de vivre en fait !


Reconnectez-vous à la vraie fonction de votre corps, de tout ce qu'il est capable de vous faire faire ! De comprendre qu'il est là pour vous aider à accomplir vos rêves, pas à vous freiner !


Apprenez à vous parler, à mettre en pratique un discours positif, valorisant, tout simplement : VRAI. On se concentre toujours sur l'esthétique de notre corps, mais je peux vous dire qu'une fois que l'on perd un peu notre motricité, la beauté de notre corps passe loin derrière. J'ai pendant longtemps procrastiné sur ma santé. Ma mère n'arrête pas de me dire "ah tu n'as vraiment pas de chance", mais ça n'a rien à voir. Je ne manque pas de chances, j'ai simplement laissé couler des douleurs qui se sont aujourd'hui bien installée. Si j'avais passé 1 dixième du temps que je passais à m'insulter devant le miroir pour prendre simplement rdv chez le médecin et prendre soin de moi, je n'en serais peut-être pas là. Aujourd'hui, ma hanche se bloque, me fait boiter, me rend les cuisses douloureuses, des cuisses que je détestais à l'époque. Et ce sont ces moments-là qui nous font nous rendre compte de l'importance du bon fonctionnement de notre corps.


Toujours dans cet exercice de re-connexion, Essayez de vous pardonner. Vous demanderiez pardon mille fois si vous aviez dit 1/4 de ces paroles à votre fille, votre mère ou votre meilleure amie … Vous méritez ce même pardon. Il est libérateur & c’est aussi ce qui vous permettra de donner bien plus d’amour aux autres par la suite. Alors oui, vous avez le droit de vous le dire : je me pardonne.


Vous pardonner vous sera bien plus bénéfique dans votre vie ENTIERE ! Et pas seulement dans votre rapport au corps. Une fois qu’on réussi à passer cette étape, on réussi enfin à prendre du recul sur beaucoup de situations.


Se pardonner, c’est se libérer de l’auto-jugement constant.

Se pardonner, c’est accepter le passé pour avoir hâte de découvrir l’avenir.

Se pardonner, c’est se donner enfin l’opportunité de ne plus se comparer, de se libérer de la jalousie envers les autres.


"Je t’envie". C’est une phrase que je disais énormément à une époque. Je t’envie, c’est une façon de dire à l’autre qu’elle a de la chance & qu’on aimerait être à sa place. Aujourd’hui, je me rends compte que j’étais jalouse. Souvent. Et que je me punissais de ne pas réussir à vivre tout ça.


Aujourd’hui, je suis heureuse pour ces mêmes autres. Car je suis en paix avec mes choix, avec ce que j’ai pu faire & aussi avec qui je suis. Si j’ai envie de faire ou d’être, alors je me donnerai les moyens d’y arriver. Et tout commence avec le pardon.


Prenez soin de vous, profitez de chaque saison pour ce qu'elles sont, des belles occasions de nous épanouir, de vivre, de sourire, de profiter. Si aujourd'hui cela nous parait bien lointain je le sais, on y reviendra, parce que nous sommes comme ça, parce que cela fait partie de nous.



bottom of page